Les trois parcours de M2

Au niveau du M2, la mention EEET-EDDEE est structurée en trois parcours distincts, “Economie de l’Energie“,  “Economie de l’Environnement” et “Modélisation Prospective: Economie, Environnement, Energie“.  Chacun accueille une cinquantaine d’étudiants. Certains cours sont communs, et il est possible de valider des cours optionnels pris dans l’autre parcours, mais pour l’essentiel les parcours sont distincts. Les étudiants sont donc inscrits soit en “Energie” soit en “Environnement”, soit en “Modélisation prospective”.

Le parcours “Energie” forme une cinquantaine d’économistes amenés à travailler en premier lieu dans les différentes filières énergétiques (électricité, pétrole, gaz, biomasse, solaire, éolien, ingénierie, certification et gestion des économies d’énergie, etc.), que ce soit dans les entreprises du secteur, les marchés, les sociétés de conseil, ou les départements de recherche et d’études privés et publics.

Le parcours “Environnement” forme une cinquantaine d’économistes qui sont amenés à travailler dans un grand nombre de secteurs et de structures, en lien avec le développement durable, l’environnement, les ressources renouvelables, l’agriculture, l’alimentation, l’eau, les projets de réduction d’émission et de stockage du carbone, la compensation biodiversité, etc.

Le parcours “Modélisation prospective” est à effectif plus restreint (15 étudiants) travaillant plus spécifiquement sur la modélisation dans les grands programmes de recherches internationaux (climat, environnement, biodiversité), ou dans les grandes entreprises (prospective, modélisation des grilles énergétiques intelligentes), etc.


Candidater au parcours “Environnement”, au parcours “Energie”  ou au parcours “Modélisation prospective” ?

Le choix d’un parcours est important et doit être fait au moment de la candidature. En effet, il n’est que très partiellement possible de panacher les enseignements de plusieurs parcours pour des raisons logistiques.  Les candidatures peuvent être faites à travers les mêmes modalités, mais il est nécessaire de préciser à quel parcours on postule, car les jurys d’admission se réunissent séparément.

Le parcours “Energie” ouvre à une gamme large de professions, mais il prépare davantage à des emplois dans le secteur de l’industrie (électricité, gaz, pétrole, mais aussi et de manière croissante les énergies renouvelables), du conseil, de la régulation des réseaux,  de la finance de l’énergie, etc. Il permet également de s’orienter vers des thèses, souvent faites en partenariat entre un laboratoire de recherche et un industriel (thèses de type CIFRE). Le parcours “Environnement” davantage aux emplois dans le service “développement durable” des entreprises, dans la gestion locale des questions d’environnement et de ressources naturelles, et aux métiers du conseil en environnement. Il prépare comme le parcours “Energie” à des formations doctorales, elles-mêmes voie indispensable pour accéder aux organismes de recherche, d’enseignement supérieur et aux organisations internationales. Le parcours “Modélisation prospective” est davantage axé recherche, mais les étudiants trouvent des débouchés dans les services d’études, recherche et prospective des grandes entreprises. Les trois parcours demandent un niveau solide en mathématiques, le parcours “Modélisation prospective” un niveau plus avancé.

Il est à noter que lors de la candidature, le choix d’un parcours doit être soigneusement motivé, ce point étant important aux yeux du jury d’admission. Pour  connaître le contenu détaillé de chacun des enseignements,  voir la liste des cours sous les menus correspondants aux parcours. Voir également les descriptifs détaillés en ligne sur la page “Guide pratique de l’étudiant” .